HIVER 86.400 - Winter 86.400

 

Image

Le dispositif global

Fruit d’une solide collaboration entre différents services actifs en matière d’aide aux personnes sans-abri à Bruxelles, le projet pilote « Hiver 86.400 » propose l’ajout d’un volet d’accompagnement de jour au dispositif hivernal mis en place par la Commission communautaire commune.

Ce volet, dont l’offre variée et intégrée s’inscrit en bonne complémentarité du travail réalisé durant la nuit dans les centres d’hébergement d’urgence, vise à redonner un « sens à l’abri » et à replacer l’accueil hivernal dans une perspective de « travail de réhabilitation sociale sur le long terme » des personnes sans-abri.A cette fin, le projet « Hiver 86.400 » repose sur le renforcement de la force d’action et sur l’adaptation de l’offre de services existants plutôt que sur la création de structures nouvelles d’une durée de vie de 4 mois.

Le projet se décline autour de quatre grands axes de travail :

  • jonction entre les acteurs du jour/de l’ambulatoire et de la nuit/du résidentiel (extension des heures d’ouverture de certains services d’accueil de jour) ;
  • Renforcement de l’offre de douches et de repos (sieste) en journée ;
  • développement de l’accompagnement psycho-social (permanences supplémentaires) ;
  • renforcement du travail de rue et réponse aux signalements concernant les personnes vulnérables à la rue.

 

Le projet « Hiver 86.400 » est porté par un comité de coordination composé des membres suivants:

  • Le Clos
  • Source-La Rencontre
  • Resto Jet
  • La Consigne - Article 23
  • HOBO
  • Pigment (Het Anker)
  • DIOGENES
  • Pierre d’Angle
  • La Fontaine

 

Le rôle de DIOGENES durant l'hiver 2013-2014

Le projet-pilote a proposé l’extension en journée de l’équipe de DIOGENES par 1 ETP travailleur de rue du 01 décembre 2013 au 31 mars 2014 de manière à développer nos possibilités d’action en particulier :

•pendant les heures d’ouverture des services ouverts en journée, mais aussi pendant les tranches horaire les moins couvertes (7h-9h et 17h-20h) afin d’optimaliser la jonction jour-nuit et les relais avec les centres d’hébergement (d’urgence) ;

•dans les alentours directs du dispositif hivernal du Samusocial, les rues avoisinantes, le quartier dans lequel il est implanté ainsi que sur les principaux parcours et nœuds de communication (gares, stations de métro, ...) entre les lieux fréquentés en journée et le dispositif ;

•dans le renforcement des capacités de l’équipe pour répondre avec plus d’efficacité et de rapidité (si la situation l’exige) aux signalements de personnes fragilisées ou en détresse.Et ce, que ces signalements émanent de citoyens ou de travailleurs du secteur inquiets par rapport à des situations qu’ils jugent problématiques ou que les demandes d’interventions viennent directement des habitants de la rue eux-mêmes, des services de prévention de différentes communes (gardiens de la paix, …) ou des services de police ;

•dans l’amélioration du travail de contact, d’accompagnement et d’accès à l’aide et aux soins pour les habitants de la rue polonais.

 

Une attention privilégiée a été accordée aux personnes les plus fragiles et aux habitants de la rue refusant de se rendre dans les centres d’hébergement et continuant à investir la rue de nuit comme de jour.

La situation des habitants de la rue polonais a fait l’objet d’une évaluation plus pointue da manière à permettre de trouver de nouveaux leviers pour le travail avec ce public à l’avenir.